URPANAF-RDC : 48 heures à L’UA, LA SADEC et le gouvernement Sud-Africain pour stopper la Xénophobie en RSA

ads

C’est dans un communiqué de presse rendu publique dans la soirée de ce Mercredi 04 Septembre et dont une copie expédié et reçu par le journal DEBOUTRDC, que cette organisation internationale exprime son indignation. En toute  désolation, Urgence Panafricanistes URPANAF-RDC regrette de voir jusqu’à ce jour des étrangers brûlés et molestés  par certaines personnes inciviques, sadiques sud-africains sous prétexte qu’ils doivent quitter leur pays.

Dans une semaine à peu près, les congolais vivant en Afrique du Sud signalent qu’il y’a plus de 45 Congolais déjà tués dans cette barbarie.

L’URPANAF-RDC, exhorte par sa déclaration l’opinion africaine que l’unité Africaine reste l’urgence et un vrai enjeu de la Renaissance Africaine, pour dire que, ce que font les sud-africains est tellement inhumain.

Entièrement préoccupée par cette question, L’urgence  panafricanistes RDC appel les sud-africains à la prise de conscience  à défaut de quoi ils vont devoir affronter la colère du peuple noir.

En ce même état d’indignations, le coordinateur national de Saddam Musumba donne une mise en garde à son tour.

« La population sud-africaine doit savoir que des citoyens de leur pays vivent dans plusieurs d’autres pays et n’ont jamais subi le même sort que cette dernière est entré de faire subir aux étrangers en Afrique du Sud. Nous donnons un délai de 48h à la SADC, L’UA, Le gouvernement Sud-africain à faire cesser ces actes criminels, à défaut duquel des manifestations seront déclenchées devant les représentations diplomatiques de l’Afrique du Sud sur cette question » affirme Saddam.

Par apport à la multiplication des violences, des exactions et de chasse à l’homme contre les étrangers en RSA, l’URPANAF s’adresse à l’Union Africaine, la SADC, le gouvernement Sud-africain et au peuple sud-africain.

« Nous demandons à l’Union africaine et la SADC de s’impliquer pour amener les autorités Sud-africaine à protéger les citoyens d’autres pays qui sont présent sur son sol.   Mais également à la cohabitation pacifique et d’amener  sa population à la raison.  Au gouvernement Sud-africain de fin à ces actes xénophobe de peur que la situation se répercute sur les citoyens Sud-africain vivant dans d’autres pays.  Au peuple Sud-africain, de cesser avec ces actes inhumains qui violent les valeurs africaines, depuis maintenant plusieurs années les africains sont connus comme peuple qui vit en solidarité avec le monde entier sans discrimination de race  d’origine » fait savoir dans un communiqué de presse. 

Amisi Musada

ads

Leave a Comment

Your email address will not be published.

ads

You may like

ads
In the news
Load More
ads