SUD-KIVU: Travail des enfants, voici  ce que nous ignorons

ads

« C’est ne pas ici seulement. Nous faisons des tournées dans des poubelles et dans des éboulements tous les jours pour chercher des mitrailles, des pierres et des sachets que nous vendons pour  trouver  de l’argent. Je fais garder à ma sœur mon argent et j’attends totaliser une somme pour faire le commerce des bonbons.  Nous avons une équipe constituée d’autres enfants. Nous apprenons à nous débrouiller parce que nos parents ne subviennent pas à nos besoins. Nous ne sommes pas mal intentionnés c’est la vie», témoigne Chishibanji Kwabene agé de  10ans.     

Aprés ce constat amère du journal DEBOUTRDC rédaction de Bukavu, il se fait voir que les droits des enfants vol en éclat dans certains coins de la RDC et particulièrement dans la ville de Bukavu.

Benjamin Banywesize,  est un etit garçon  âge de 11 ans. Il vient de totaliser deux ans  dans la recheche des mitrailles.

«Je pars souvent rechercher des pierres dans des éboulements et dans des collecteurs. Nous collectionnons tous ces que nous avons trouvés comme objets puis nous procédons à la vente et nous nous partageons l’argent. Je trouve que je n’ai pas des chaussure et mes parents me disent qu’ils n’ont pas d’argent” témoigne Benjamin.

Léontine Bukongo assistante social près du tribunal pour enfant de Bukavu précise que c’est ne pas un mérite pour ces enfants parce que chaque  enfant a droit de vivre en famille et de jouir de tous ces droits dans une vie meilleure.

Pour le travail de ces enfants nous pouvons faire recours à l’article 2 alnéa 4 qui précise que ce sont des enfants en situation difficile. C’est un enfant qui dans leur famille avec la conjoncture actuel, peut être que ses parents n’ont rien pour subvenir à leurs besoins. Je retiens qu’on ne peut pas avoir des enfants placés  dans des bonnes conditions, dans une vie heureuse venir ramasser des trucs dans des poubelles. En tout cas c’est l’Etat congolais qui doit tout faire pour subvenir premièrement au bien être social c’est à dire la stabilité des famille. Comme un parent qui n’a rien, qu’est ce qu’il peut faire pour son enfant? C’est possible que leurs parents souhaitent voir ces enfants vivre une vie heureuse mais il n’ont pas des choix.

Pour rétablir les condition de ces enfant Léontine Bukongo appel à la responsabilité  des familles, de  la communauté et  de l’Etat congolais.

Amisi Musada

 

ads

Leave a Comment

Your email address will not be published.

ads

You may like

ads
In the news
Load More
ads