SUD-KIVU : Le gouverneur Ngwabidje  bloque le fonctionnement des Ministères (Ministre FCC)

ads

Investis depuis le 11 juin 2019 par l’Assemblée Provinciale du Sud-Kivu, les ministres provinciaux n’ont toujours pas reçu l’autorisation de procéder à la nomination des membres de leurs cabinets politiques. Selon certaines sources proches du gouvernorat de province, le Gouverneur Théo Ngwabidje Kasi aurait obligé tous les ministres de travailler d’abord avec les équipes rencontrées dans leurs cabinets respectifs et attendre son mot d’ordre avant de poser tout acte de nomination.

Selon certains ministres qui n’ont pas voulu que leurs noms soient cités, cette situation les place dans une situation inconfortable car plusieurs membres de leurs cabinets et qui ont travaillé avec le gouvernement sortant manifestent une incompétence.

« J’ai des membres du cabinet qui sont très incompétents. Apparemment lorsqu’ils ont été nommés, on n’a même pas tenu compte de leurs capacités intellectuelles, leur niveau académique et même leur curriculum vitae. Ça c’est très grave. Ce n’est pas possible que vous puissiez donner à tout un Directeur de Cabinet la charge de rédiger un rapport de moins de deux pages mais après vous remarquez qu’il est rempli d’erreurs et très mal formulé. Je suis parfois obligé de tout faire moi seul et je dois me coucher tous les jours à 1h afin que je ne sois pas ridicule lorsque je vais présenter à ma hiérarchie », se plaint un Ministre cadre du Front Commun pour le Congo FCC.

Ce même Ministre se plaint de constater que des recommandations de certaines personnalités responsables des partis politiques et d’autres hautement placées lui sont adressées depuis sa prise de fonction afin qu’il puisse reprendre ces mêmes personnes.

« On ne peut pas gérer la province par des sentiments pourtant nous aspirons à un changement et au décollage de la province. On ne peut pas chercher des gens dans des taudis pour les amener travaillé à de hautes fonctions. J’ai déjà eu plusieurs recommandations afin de reconduire les mêmes personnes à leurs postes. J’ai d’ailleurs été obligé de prendre un rapport rédigé par un membre de mon cabinet et je l’ai renvoyé à la personne qui voulait que je le reprenne. Mon objectif était de lui faire voir la qualité du travail que son homme produit. Heureusement il a compris et il m’a demandé de faire ce que je veux et qu’il a honte de l’avoir recommandé », explique-t-il.

Les animateurs de certains autres ministères vont même jusqu’à proposer certains critères pour que soient nommés les membres des cabinets ministériels et non toujours recourir à des recommandations ou des propositions des partis politiques dont le fondement c’est souvent l’ethnie ou la loyauté.

Les ministères provinciaux fonctionnent difficilement

Certains ministres se plaignent de remarquer que depuis leur prise de fonction, les frais de fonctionnement arrivent difficilement, une situation qui rend compliquée la vie au sein des ministères. Ces derniers éprouvent des difficultés pour poser certains actes qui demandent les moyens financiers, ajoutent-ils. Cette situation risque de ressembler à celle qui avait été dénoncée par l’ancien ministre provincial de l’intérieur sous le règne du gouverneur Claude Nyamugabo, Mr Luc Mulimbalimba.

Ce dernier avait dénoncé le fait que son ministère ne recevait presque pas les frais de fonctionnement et même les frais secrets de recherche destinés notamment à s’assurer que la sécurité est garantie en province étaient concentrés entre les mains du seul Gouverneur.

lire aussi;  Sud-Kivu : Election des gouverneurs, Théo Ngwabidge un cobaye d’expérimentation du CACH/FCC

Par la rédaction 

ads

Leave a Comment

Your email address will not be published.

ads

You may like

ads
In the news
Load More
ads