Sud-Kivu: Insécurité dans les hauts et moyens plateaux d’Uvira, le ministre parle d’une folie

Après les échauffourées dans les hauts et moyens plateaux d’Uvira, l’insécurité persiste et la population reste dans le désespoir étant exposée à  beaucoup de maux. Les déplacés sont regroupés en trois sites. Plus de 500 déplacés sont regroupés à Bijombo ; à peu près 200 autres déplacés sont regroupés à Mikenge dans Itombwe territoire de Mwenga et une autre grande foule est regroupée à Minembwe sous la sécurité de la Monusco et les forces armées congolaises. Les déplacés regroupés à Bijombo sont  les plus vulnerables  faute des routes. Seul l’avion peut les approvisionner. Tous ces déplacés vivent dans le désespoir et ne savent pas de quoi demain sera fait. Le ministre provincial de l’intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières Lwabadji Ngabo regrette ce qui se passe et appelle à la cohabitation pacifique.

‘’A Bijomnbo il y a des milices qu’on appel groupes armés nationaux et étrangers. Parmi les nationaux qui opèrent à Minembwe il y a des Bafulero, des Bavira, des Banyindu, des Babembe mais aussi des Gumino qui sont de la communauté Banyamulenge. En dehors de cela vous avez les FNL qui viennent du Burundi, des Imbonerakure, une partie du CNRD, des Interahamwe, des Ex far qui opèrent tous là-bas. Malheureusement aujourd’hui il y a une jonction entre les groupes armés locaux et les groupes armés étrangers qui opèrent ensemble en fonction des objectif. Il n’ya qu’une insécurité totale là-bas’’, précise le ministre Lwabadji

Le besoin d’assistance humanitaire est urgente pour venir en aide aux déplacés, alors que les humanitaires ont du mal à intervenir à cause de cette insécurité.  La monusco et les force armées de la RDC restent sur place pour que les noyaux des déplacés soient bien protégés. Le ministre ayant la sécurité dans ses attributions affirme que c’est tout simplement une catastrophe, bien que certains puissent gonfler les chiffres.

‘’ Contrairement à ce qu’on peut croire, il n’y a pas que des maisons des Banyamulenge qui ont étaient brulées. Il y a des maisons des Bafuliru, de Babembe, des Bavira, des Banyindu et des bashi qui vivent là-bas qui ont étaient brulées. J’ai vu des photos des maisons qui ont été brillé, vous ne pouvez pas comprendre. On dirait une folie. On se demande comment l’homme peut faire ça à l’homme. Aujourd’hui il y a des gens qui vivent la misère noire. Mais nous espérons que des solutions vont être trouvées et que ça va s’améliorer’’, ajoute Basi Ngabo. 

Le ministre de l’intérieur et sécurité demande à la population quelque soit le tribut ou ethnie de tous mettre en œuvre pour cohabiter pacifiquement. Il rappel combien il est important de ne pas toujours croire que la guerre est faite pour les autres parce que les victimes ne sont pas toujours les autres.

 ‘’En fin moi je dis, c’est sont des bêtises et évitons ces bêtises car il y a de l’espace pour nous tous, essayions de nous mettre ensemble, privilégions la cohésion sociale et la cohabitation pacifique. Ça ne sert à rien de mettre de l’essence sur le feu car la situation que nous traversons est déjà  assez difficile’’, conclut Lwabadji Basi Ngabo.

Lire aussi: 1. http://Prof. Philippe Kaganda : « Sud-Kivu, un espace de non paix »

2.  http://SUD-KIVU : Atrocités à Minembwe, le gouverneur Théo brille par l’inaction (Déclaration)

3.http://SUD-KIVU : Théo Ngwabidje prêche la paix à Minembwe, Bijombo et Mikenge

  Amisi Musada Emérite

Please follow and like us:

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may like

In the news
Load More
RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter