SUD-KIVU : Grève des certains enseignants, voici ce que pensent les parents

Un bras de fer persiste  entre les enseignants des écoles conventionnées et le gouvernement congolais. Après expiration  d’un ultimatum  de 10 jours que ces derniers avaient donné au gouvernement Congolais, ils décident de reprendre avec la grève. C’est depuis  lundi 21 Octobre que certaines écoles n’ont pas ouvert leurs portes entre autre le Lycée Wima, le Collège Alfajiri, Saint Paul Mbobero, Le Lycée Cirezi, l’école Saint Anne.

On pouvait facilement voir les élèves dans la cour de leur école mais sans enseignants. Pour ce mardi 22 Octobre le nombre ne fait qu’augmenter, les élèves sont restés jusqu’à 9h du matin ils n’ont  trouvé  aucun enseignant. Ils ont finalement  résolu  de rentrer  à la maison.

Tandis que le gouvernement s’engage à mettre fin au calvaire qu’ont su endurer les parents  les nostalgiques de la prime peaufinent des stratégies de sabotage pour boycotter  la décision du gouvernement congolais.

« Tous les parents sont soudés pour tourner le dos à cette fameuse question de prime. Ils  refusent toutes sortes de stratagèmes capables de les faire tomber dans les pièges qui  sont tendus par les gestionnaires de ces établissements », nous précise un parent de la ville de Bukavu rencontré sur avenue Kasongo.

Plusieurs analystes pensent et qualifient ces réactions hâtives des enseignants des mouvements insurrectionnels qui se croient n’est pas répondre à un quelconque ordre.

« Nous sommes conscients que ce que l’on donne à l’enseignant est vraiment insignifiant mais nous leur demandons d’être patient et d’accompagner les initiatives des dirigeants congolais.  Ils ne sont pas les seuls qui vivent dans des mauvaises conditions. Nos militaires qui aussi rendent des services loyaux à la nation jusque-là leur salaire est modique, les autres agents de l’Etat également.  Nous recommandons aux enseignants d’être patient et d’éviter la violence car le gouvernement doit y travailler progressivement et le plus vite», propose  Bisimwa  Mwilare, un autre parent.

Disons que ce mouvement de grève a tendance à embraser toute la région de l’Est de la RD Congo.

Les élèves de plusieurs écoles de la région volcanique (Nord-Kivu n’ont pas trouvé d’éducateurs le lundi 21 Octobre matin. Les enseignants souhaitent avoir plus de lumière quant à la mesure de gratuité de l’enseignement de base et l’effectivité de sa mise en œuvre prônée  par le chef de l’Etat Congolais. Certains grévistes pensent qu’il y aurait confusion autour de cette question de la gratuité qui n’est pas du tout claire, car d’aucun se demande qui est concerné par cette mesure.

« Si la gratuité était un panier, que mettrait-on dedans ? Qu’est-ce que la gratuité ? Qui est concerné par la gratuité ? », s’interroge le vice-président provincial du syndicat national des enseignants des écoles protestantes, Kavusa Sikulimwenge Jérémie au micro de nos confères de radio Okapi.

Selon lui, la confusion persiste sur le terrain sur cette question.

 

 

 

 

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may like

In the news
Load More