SUD-KIVU : Appel à la violence à l’AFDC-A, les ressortissants de Kavumu réagissent (déclaration)

Certains ressortissants de Kavumu, un centre  commercial situé à plus de 30km à vol d’oiseau, au Sud-Kivu, s’insurgent contre les menaces de mort dont est victime leur frère Me Alain Shukuru. Dans un message qui circule sur les réseaux sociaux, un haut cadre de l’Alliance des Forces Démocratiques du Congo et Alliés, AFDC-A,  demande aux militants de  cette formation politique de se prendre en charge. Ces menaces surgissent quelques jours après une rencontre entre Néné Nkulu qui pilote l’aile AFDC-A restée fidèle à Joseph Kabila et une délégation des cadres de ce parti venue de la ville de Bukavu.

Pour ces notables de Kavumu, il est anormal que des cadres fassent l’apologie de la violence. Ils demandent à toute la communauté de soutenir Alain Shukuru, car selon eux, la constitution de la RDC garantie la liberté d’association et de réunion.

« Nous membres de la communauté des ressortissants de Kavumu vivant dans la ville de Bukavu avons lu sur les réseaux sociaux des menaces de mort dont est victime notre frère Me Alain Shuku Shamavu, (……) de la part de Monsieur Georges Biragi Safari, professeur qui venait de publier un ouvrage avec le prof Lukwebo. Dans ce message il appelle les militants de l’AFDC-A de défendre le parti au prix de coups  des fouets, des blessures, de sangs, et si possible la perte en vie humaine. Il demande aux militants, de pourchasser notre frère, Me Alain Shukuru et l’abattre par des couts de fouets », peut-on lire dans cette déclaration signée par 83 personnes vivant dans la ville de Bukavu et originaire de Kavumu.

Contacté, le professeur  Biragi  fait savoir qu’il ne fait pas du mensonge sa seconde valeur. Pour lui ces histoires de menace de morts c’est du mensonge.

« Dans le message publié  dans l’un de nos groupes du Parti, en tant que  responsable, son contenu n’a rien avoir avec les menaces de mort contre Alain Shukuru. Mensonges. Il contient 3 points dont le dernier appelle à nos membres de défendre nos insignes », précise Biragi.

Ci-joint le message  qui circule

Please follow and like us:

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may like

In the news
Load More
RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter