RDC : Et si on modifiait la loi électorale? (Tribune)

Prospère Hamuli Ph. Crédit

Le peuple est le Souverain Primaire. Il exerce le pouvoir à travers ses représentants. Ces derniers sont issus d’élections libres et transparentes. A l’issue des élections de décembre 2018 en RDC, les populations congolaises exercent-elles réellement le pouvoir  à travers les personnes réelles siégeant dans les Assemblées Provinciales et au Parlement National ?

Les cas sont légion de candidats proclamés élus en même temps aux niveaux provinciaux, nationaux et sénatoriaux et qui se retrouvent aujourd’hui nommés dans divers instances de l’Exécutif provincial ou national. Ce sont alors leurs suppléants qui ont la charge de la défense des intérêts d’une base électorale qui ne les connait pas du fait qu’elle ne leur a pas expressément exprimé sa confiance quant à ce. Dans plusieurs provinces aujourd’hui, les Assemblées Provinciales sont des parlements des suppléants. Et quels suppléants !! Intervenant à l’Assemblée Provinciale du Nord-Kivu dans un débat sur l’eau à Rutshuru, l’un de ces suppléants dont le mandat a été validé à la faveur du désistement de l’élu titulaire, a pu dire : « vous parlez de loi sur l’eau. Chez nous on va chercher l’eau à la rivière. Il ne faut pas appliquer vos lois là-bas. » Quelqu’un a-t-il un jour appris à notre Honorable qu’il est à présent législateur ?

La loi électorale doit être modifiée pour de façon qu’un député qui doit être remplacé le soit par le candidat le mieux élu de sa circonscription électorale. Et quelle est la responsabilité des citoyens dans la baisse de la qualité de sa représentation au pouvoir ? En tant que citoyen, il ne suffit pas de connaitre ses droits et de répondre à ses devoirs. Encore faut-il exercer son pouvoir de citoyen. Pourquoi les électeurs tolèrent-ils des candidatures dont les suppléants n’ont d’autres qualités que l’appartenance familiale ? Le combat à venir est donc celui de la refonte totale de la loi électorale pour éradiquer la pratique des candidatures multiples et des suppléances familiales qui donnent le pouvoir à des personnes qui ne doivent rien au peuple réservent toute leur loyauté aux partis politiques aux projets de société inconnus.

Prosper Hamuli Birali

Chercheur en Organisation des Communautés.

 

Please follow and like us:

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may like

In the news
Load More
RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter