RDC : Dirigeants nantis, dirigés misérables, Gervais Chirhalwirwa alerte

La restauration de ‘’l’autorité de l’Etat’’ reste un slogan de certaines autorités politico administratives en république démocratique du Congo. Depuis le dialogue inter congolais qui s’est tenu à Addis-Abeba en 2001, on a tenté de rétablir cette autorité géographiquement mais spirituellement non.  Dans cette analyse de l’écrivain Gervais Chirhalwirwa, il pense qu’il serait mieux de refonder l’Etat et reconstituer la convivialité traditionnelle.

« Ils ne font pas qu’il est d’un coté des dirigeant bouffi, heureux et de l’autre coté des dirigés démunis, misérables et abandonner à eux mêmes. Avec les salaires de misère qu’est ce que l’Etat peut-il exiger de ces agents ? Avec des jeunes qui ne sont pas Boursiers de leur pays, quel type d’autorité on peut imposer en milieu universitaire ? Comprenez que restaurer l’autorité de l’état c’est reprendre ses obligations des administrateurs envers les administrés et l’autorité se rétablira de lui-même. On ne peut pas restaurer l’autorité de l’Etat si on n’a pas restauré les bonnes relations entre les dirigés et les dirigeants ».

L’écrivain donne un exemple d’un papa qui n’a pas assumé ses obligations à sa  famille disant qu’il a des risques de se retrouver sans aucune autorité. Pour lui, c’est lorsqu’un parent se bat  pour nourrir, vêtir, scolariser et faire soigner ses enfants qu’il peut avoir le droit et courage de gourmander sa famille. Pour dire que c’est le même cas pour l’autorité de l’état. Lorsque l’Etat n’a rien donner, il ne peut rien ordonner ni revendiquer, renchéri-t-il.

Gervais Chirhalwirwa est un analyste et  coordonateur provinciale de l’union des écrivains Congolais, ex vice président de la société civile et sénateur honoraire.

Amisi Musada Emérité

Please follow and like us:

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may like

In the news
Load More
RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter