Gréve des enseignants au Sud-Kivu : Fiston Malago et Xavier Maroyi en réunion

Le mouvement de grève observé à partir de  Jeudi 26 Septembre dans les écoles conventionnées au Sud-Kivu, était au centre des échanges entre le vice-gouverneur Fiston Malago et archevêque  de Bukavu Xavier Maroyi.  Ces deux autorités ecclésiastique et Etatique ce sont entretenus avec la presse venue s’enquérir de la vraie version de la grève des enseignants des écoles conventionnées. Pour Fiston Malago, c’est n’est pas la province qui  décide du problème de l’enseignement car cette grève observée au Sud-Kivu, est un problème national. Le Vice-gouverneur du Sud-Kivu appel à la patience car selon lui, « la solution sera trouvée le plus tôt possible ».

« Ce  n’est pas normal que les enfants restent à la maison, nous allons nous battre pour que les enfants rentrent à l’école. Il y aura une reprise des cours le plutôt possible je le confirme bien. Il y a quatre roues sur lesquelles reposent l’enseignement, dont l’église, l’Etat, les parents et l’enseignant. Quand l’enseignant se décide de stopper le travail, les trois composantes peuvent voir comment réactiver l’autre. Nous devons collaborer pour le bien de l’enfant » affirme Malago.

Le numero 1 de l’archidiocèse de Bukavu Mgr Maroyi, rejette toute allégations portées à son égard, soutenant qu’il serait le tireur de ficelle dans le  mécontentement des enseignants. Xavier Maroyi demande une franche collaboration entre les Parents, enseignants et l’Etat Congolais enfin d’amener les enfants vers une destination finale et convenable.

« Non, ce n’est pas moi l’instigateur, vous pouvez aller demander aux concernés ? Nous souhaitons le bien de tous. Si les enseignants grèvent en ordre c’est-à-dire qu’ils ont droit de réclamer à qui de droit. Nous nous avions demandés  que nous y allions en collaboration entre parents, enseignants, l’Etat pour travailler ensemble en fin d’amener les enfants vers une destination finale et convenable. Nous restons disponibles à l’attente de ce que l’Etat, les enseignants et les parents vont nous dire de faire ensemble. L’église est vraiment disponible pour le bien jamais pour le mal. Le travail de l’Eglise catholique c’est de construire et non démolir » rejette Xavier Maroyi.

Rappelons que, c’est à partir de ce Mercredi 25 Septembre que 3 522 enseignants des écoles conventionnée ce sont réunies dans l’enclot du complexe scolaire la trinité à Bukavu. Dans cette rencontre , les enseignants ont tous adoptés pour un mouvement de grève jusqu’à l’application de l’accord de BIWA.

Amisi Musada

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may like

In the news
Load More