Grands-Lacs : Une trentaine d’étudiants Congolais expulsés  du Burundi

ads

Une trentaine d’étudiants congolais  vivants  dans la capitale Burundaise viennent d’être expulsés du territoire Burundais.  Selon certaines sources à Bujumbura ils seraient sans visa d’établissement.  Un problème qui avait déjà trouvé solution car, estiment certains étudiants, ils devraient plutôt acheter une carte  consulaire à 15 dollars mais ils sont surpris de voir leurs collègues être expulsés  sans aucune forme de procès.

« Les services Burundais  ont embarqué une trentaine d’étudiants. Ils habitaient tous  dans la commune d’Angwa commune de Cibitoke sur la 15ème Avenue.  La Police Burundaise les a embarquée et déposée à la frontière entre la RDC et le Burundi au niveau d’Uvira une ville situé à plus de 60km au sud de la ville de Bukavu, chef lieu de la province du Sud-Kivu », se plaint Flory Mukulu vice président régional de Simama Grands lacs et chargé des  programmes au Burundi  pour le Congo

Selon Flory Mukulu c’est anormal qu’on demande aux étudiants de payer un visa d’établissement qui coute 500 dollars alors qu’ils ont la carte CPGL. Il regrette aussi de voir que l’ambassadeur de la RDC à Bujumbura est resté silencieux face à ce dossier.

Déjà en 2018,  la communauté estudiantine avait alerté sur l’impossibilité pour les étudiants d’acquérir le visa d’établissement.

« Nous qui avions des cartes CEPGL, on vivait tranquillement avec nos cartes d’étudiants parce que on voit que tu es étranger… tu avais ta carte d’étudiant, cela suffisait. Pour le moment, ce n’est plus le cas. On commence à demander aussi les visas d’établissements, ce qui est un peu compliqué pour les étudiants. On est allé jusque même à l’ambassade pour demander ce qu’on pourrait faire, l’ambassade a promis d’intervenir mais jusque le problème persiste… aujourd’hui, les étudiants congolais subissent aussi des agressions. Il y a toujours des policiers qui passent dans des quartiers pour nous demander des documents et ce n’est pas facile… je me demande si de la même manière qu’on nous traite au Burundi, c’est de la même manière qu’on traite les étudiants burundais ici au Congo ? », S’interrogeait  Jérémie Mongane.

 

ads

Leave a Comment

Your email address will not be published.

ads

You may like

ads
In the news
Load More
ads