Grands-lacs: Commerce transfrontalier, la RDC un géant inutile

 

Plus de deux ans après la signature de l’accord bilatéral sur le commerce transfrontalier entre le Rwanda et la RDC, le pays de Lumumba reste le meilleur perdant. La signature a eu lieu à Rubavu le 20 octobres 2016. Dans les villes  proches du Rwanda, des femmes et filles rwandaises sillonnent les rues et bureaux pour vendre leurs produits. Un mouvement impossible pour le congolaise au Rwanda. Cet accord sur le Régime commercial simplifié du COMESA (STR) a été signé par des responsables rwandais et congolais dans l’objectif de supprimer toutes les barrières superflues aux échanges commerciaux entre les deux pays voisins.

Au début de la signature de ces accords, il s’est observé un climat de méfiance. Dans ce contexte  les Rwandais ne pouvaient  pas traverser facilement avec des marchandises vers la RDC. Maintenant on se rend compte que de plus en plus il y a des femmes qui font des petits commerces transfrontaliers librement entre ces deux pays observe-t-on  couramment dans la ville de Bukavu et de Goma.

« Dans le cas pratique j’observe comme acteur de la société civile et je constate que de notre coté nous recevons beaucoup des produits qui proviennent du Rwanda  mais c’est ne pas la même chose pour le Congo. A mon avis c’est le Rwanda qui bénéficie plus de cet accord parce qu’il protège bien son économie. De notre coté, les femmes qui font des petit commerces se plaignent toujours des tracasseries au niveau de la frontière coté congolais, autant des taxes illégales perçue. Aussi les femmes congolaises et autres commerçants ne peuvent pas exposer leurs produits au Rwanda alors qu’eux le font ici chez nous. C’est toujours les Rwandais qui arrivent et sillonnent dans nos quartiers, dans des bureaux pour nous vendre leurs marchandises et les Rwandais en tire profit à notre égard » , précise  Maitre Nene Bintu, actrice de la société civile.

Néné Bintu attribue cette incompétence  au gouvernement congolais car selon elle chaque Etat doit faire respecter les lois que lui même à signé.

« L’économie de la RDC est extravertie. Dans cette extraversion les autres  pays se développent.  Vous verrez que même les fruits produits au Congo sont transformés au Rwanda en terme des jus qu’ils nous amènent alors que nous devrions les produire, les transformer et les exporter au Rwanda. Tout ces étrangers qui viennent mêmes il s’y a l’accord de facilitation de commerce il y a des taxes qu’ils doivent payer et c’est fait ? Je ne pense  pas » regette Bintu.

Face à ces inégalités, les nouveaux dirigeants de la RDC doivent réfléchir sur le devenir de ces accords qui ne profitent qu’à une partie au detrument d’une autre.

Selon les termes de cet accord, le Rwanda et la RDC se sont accordés sur une liste de 168 matières premières qui seront exonérées de droit d’importation jusqu’à un montant de 2.000 dollars.

Les denrées fréquemment échangées entre les deux pays comprennent les produits agricoles, les nourritures animales et céréales, les produits de boulangerie et les équipements des secteurs de la construction, de l’audiovisuel et des loisirs

 

 

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may like

In the news
Load More