Fin de l’Incendie à Nyamugo : Des centaines des maisons calcinés, des enfants à destination inconnue (Bilan provisoire)

ads

Le terrible incendie survenu dans la journée de ce Mardi 10 Septembre dans la ville de Bukavu laisse encore une tristesse inattendue aux habitant du Quartier Nyamugo. Ce drame qui a duré plus de deux heures s’est donné place de ravager aisément des maisons parce pendant que l’anti-incendie de la mairie avait difficulté d’atteindre le lieu, suite aux construction anarchique. Cet engin urbain servant à éteindre le feu, a fait plus de trois tours aller et retour pour puiser de l’eau, lorsque pure ne faisait que s’aggravé.

 

Les incendies devenus un théâtre régulier dans la ville de Bukavu, vient de connaitre encore un terribles catastrophes ce Mardi 10 Septembre 2019, apparu aux environs de 11heures, heure locale.

Cet extrême incident malheureux s’est déroulé sur l’Avenue Ambbe au Quartier Nyamugo dans la commune de Kadutu. Pendant que celui-ci est encours une heure durant, un autre incendie est survenu à l’avenue Route d’Uvira dans la commune d’Ibanda. 

A Nyamugo, l’incendie a méchamment ravagé presque la moitié de l’avenu Ambbe commençant depuis l’endroit Communément appelé ABC-6heure à 6heure, jusqu’à la Mosquée de Kadutu.

 

Sur place, une maman est tombée évanouis après avoir constater et témoigner d’avoir laissé ses deux enfants enfermer dans sa maison quand elle partait au marché.

« Où seraient mes enfants mon Dieu ! Je vois ma maison en poudre alors que j’y ai enfermé mes enfants avant d’aller au marcher » explique sous un cri d’alarme une femme avant de tomber évanouis.

 

Les hommes témoignent avoir essayer de sauver et calmer le feu sans succès.

« Nous avons été surpris de voir le feu très violant en direction d’ici. Nous avons tenté de sauver mais c’était pratiquement difficile parce qu’on ne sauver pas où commencer ni où terminer. Qui peut compter des maisons qui étaient ici ? C’est innombrable ? Des centaines des maisons et surtout les enfants que les parents n’ont pas encore réussi à repérer. Nous irons nul part. Comme nous somme nombreux, nous allons rester chacun dans sa parcelle. Nous n’avons pas de refuge » précise le sinistré Didier Itongwa.

Mains sur la tête, des larmes aux yeux, sont des signes qui extériorisent le chagrin des sinistrés qui sont regroupés le long qui mène vers la route en direction du marché central de Kadutu.

 

Amsi Musada

ads

Leave a Comment

Your email address will not be published.

ads

You may like

ads
In the news
Load More
ads