ESU : Ces mains noirs qui attisent le feu dans la crise de l’ULGL Bukavu

Certaines personnes de mauvaise  volonté  veulent voir l’université Libre des Grands Lacs, ULGL disparaître et son promoteur Mugisho Kantengura qui est le patron de la fondation qui porte son nom.  Dans une interview accordée à la rédaction de deboutrdc.info, ce professeur pointe du doit ses anciens collaborateurs qui veulent prendre les acquis de l’ULGL pour les transplanter ailleurs. Il demande aux étudiants d’être serein et de continuer à faire confiance à leur alma mater qui a formé beaucoup de cadres qui font la fierté de la sous région. Elle compte actuellement plus de 1300 étudiants.

“L’Université Libre de Grands Lacs (ULGL Bukavu) est l’une des branches de la Fondation Mugisho Katengura. Créée en 2010 et agréée en 2012- 2013, L’ULGL réalise 10 ans d’existence. Elle compte près de 1 350 étudiants répartis dans 7 facultés par an. 32 Professeurs visiteurs et locaux y dispensent des cours par an, sans parler des Chefs des travaux, Masters et les Assistants. 57 personnel Académique Administratif, Technique et ouvriers”, precise Mugisho.

Malgré ces mérites réalisés par un travail en équipe et avec du sérieux, il regrette de voir que ses anciens collaborateurs soient aujourd’hui ses ennemis oubliant les avantages qu’ils ont eu via sa fondation.

  “L’ancien recteur de l’ULGL, que j’ai engagé 4 ans durant s’est comporté en un concurant et ingrat.  Il tenait à ouvrir dans le même enclos une autre université, avec les mêmes étudiants, les mêmes auditoires, les mêmes enseignants en collaboration avec le couple bailleur. Donc le vrai problème ce n’est pas les arriérés de bail mais c’est pour détourner ou détruire l’institution, nuire et anéantir complètement son promoteur. C’est le même recteur qui est à la base de tout ce retard de paiement, par sa malignité et hypocrisie il ne voulait pas que les étudiants payent pour que l’ULGL ait des difficultés avec son bailleur et voilà comment il a récupéré tous les étudiants qui n’ont rien payé toute l’année académique’’ précise Mugisho Katengura.

A part l’Université, ce professeur promoteur dénonce les poursuites soi-disant judiciaires injustes et complices à sa charge. Voulant s’entretenir avec son  bourreau, « il m’a qualifié en un sal type alors que c’est moi qui l’ai donné du boulot. Je suis son patron de quatre ans . Allez-y comprendre le degré d’ingratitude des hommes » regrette le professeur Mugisho.

Il rassure la communauté estudiantine   que l’ULGL reste un haut lieu de savoir. Un lieu qui a déjà formé des cadres qui font la fierté de la province et de la RDC.

Lire aussi:  Bukavu : la famille du promoteur de l’ULGL Christian Mugisho est en danger et dénonce des manoeuvres judiciaires téléguidées

Amisi Musada Emérite 

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may like

In the news
Load More