Dossier  Mbobero : Joseph Kabila a 30 jours pour le décanter (victimes)

ads

Le dossier de Mbobero qui oppose l’ex président de la république Joseph Kabila aux habitants  de ce coin du territoire de Kabare depuis 2016 continue de parler de lui.  Après l’échec des pourparlers entre une délégation dépêchée par Joseph Kabila et certaines victimes, la Nouvelle dynamique de la société, structure qui accompagne ces victimes monte au créneau. Elle demande que les vraies limites soient tracées pour  déterminer la vraie partie de Joseph Kabila.

Cette décision a été prise lors d’une conférence de presse tenue lundi 06 Mai dans la salle APRODPD à Bukavu au Sud-Kivu devant sept mandataires de Michaux, le comité des victimes, certaines organisations de  défenses de droits de l’homme,  les étudiants et certains mouvements citoyens.

Pour Jean-Chrysostome Kijana, président de la dynamique de la société civile on doit connaitre c’est combien d’hectare qui reviennent à Joseph Kabila.

“Eux disent que sa superficie est de 199 ha. Pour couper court à tout mal entendu, nous demandons qu’une équipe indépendante de géomètres soit depechée sur terrain pour produire des vraies limites. Nous avons organisés  cette conférence pour  rendre public le cahier de charge remis entre les mains de l’ambassadeur Mugalu reprenant les desiderata de la population de Mbobero», précise Kijana

Le président national de la NDSCI a fait savoir qu’on ne peut pas bâtir la paix sur des fausse bases, sur les mensonges ni achat de conscience ou des manipulations. Il  demande aux victimes de Mbobero de continuer la lutte dans l’unité et promet l’accompagnement de son organisation jusqu’à une solution durable.

 “Nous avons rater la mort à mainte reprise, nous avons été emprisonner et il y a des journalistes qui ont quitté la ville de Bukavu. Leur crime avoir  rendu un travail du coté de la vérité. Je ne me rangerai jamais du coté des oppresseurs ni des forts. L’argent est toujours là et on a aura toujours Je dois une chose, entre l’avoir et l’etre, j’ai choisi l’etre. J’ai refusé de signer les accords qui piétinent les sangs des victime de Mbobero ni piétiner leurs droits comme les collègues l’ont fait”  conclut Kijana.

Les victimes de Mbobero donnent à Monsieur Joseph Kabila 30 Jours pour trouver une solution durable au problème qui les oppose. Par la même occasion, elles disent rejeter en bloc les  arragement du 30 Avril dans la salle Kaningu car estiment-elles les vraies victimes n’ont pas été associées.

 

Amisi Musada

ads

Leave a Comment

Your email address will not be published.

ads

You may like

ads
In the news
Load More
ads