Dossier 15 Millions en RDC : Le comité laïc de coordination s’en va en guerre contre les “détourneurs”

ads

Le comité laïc de coordination exige la suspension de toutes les personnes impliquées dans le détournement de 15 millions de dollars. Cette structure citoyenne demande aussi la démission des juges de la cour constitutionnelle qui  doivent être  remplacés par des juges compétents et dignes.

C’est au cours d’une déclaration ce jeudi 19 septembre 2019 intitulée “ensemble, disons non à l’impunité et à l’impuissance de la justice”, tenue à Kinshasa Capitale de la RDC  que le membre de  ce comité l’ont déclaré.

« Jusqu’ au 30 septembre 2019, le CLC exige la suspension à titre conservatoire de toutes les personnes impliquées dans le détournement de 15 millions de dollars afin de permettre à la justice de faire son travail sans entrave, la démission de tous les juges de la Cour Constitutionnelle afin de mieux permettre à cette haute Institution de vivre sa renaissance avec une nouvelle équipe des juges compétents, dignes et intègres »,conseil  le CLC.

Déjà le mois d’Octobre sera très décisif car  des grandes croisades nationales contre l’impunité, la corruption, l’impuissance de la justice et des forces de l’ordre seront organisées.

Pour rappel le parquet a annoncé mardi 17 septembre qu’il menait des « investigations » dans l’affaire dite des « 15 millions de dollars », un présumé détournement de fonds publics sur lequel le président de la RDC, Félix Tshisekedi, vient de s’exprimer pour la première fois.

Le bureau du procureur général près la cour de Cassation a confirmé avoir reçu un rapport « sur l’éventuelle disparition » de cette somme, selon un communiqué.

« En attendant l’issue des investigations que mènent ses services, il est demandé aux uns et aux autres de s’abstenir d’interférer » dans l’enquête, précise le communiqué signé par un haut magistrat du parquet, Victor Mumba. Le rapport sur l’affaire des 15 millions de dollars a été transmis par l’inspection générale des finances.

Ce rapport cite le directeur de cabinet du président de la République et allié politique du président, Vital Kamerhe, parmi les quatre responsables d’une « irrégularité ».

 

ads

Leave a Comment

Your email address will not be published.

ads

You may like

ads
In the news
Load More
ads