BUKAVU : Les épargnants de la coopérative Kawa étaient en sit-in à la GEAC

Exif_JPEG_420

Le matin de ce Mardi 14 Janvier, une masse de membres de la coopérative  Kawa s’est placée devant le bureau de l’entreprise de Gestion, d’Etude, d’Audit et de Conseil  GEAC.  Elle est la maison choisie par la Banque Centrale Congolaise pour liquider trois coopératives à Bukavu. Tous surchauffés, avec des cris et sifflets, mobilisés autour de leur comité, pour  réclamer le remboursement de leurs montants logés dans leurs comptes à KAWA. Au-delà de leur argent, ils souhaitent la réhabilitation de la coopérative d’épargne et de crédit Coopec Kawa par la Banque Centrale du Congo.

La naissance des coopératives et des maisons de micro-crédits dans la province du Sud-Kivu ne rassurent plus la population. La population dit ne pas souscrire à la brutalité avec laquelle la BCC procède pour le retrait de l’agrément.

Un porte-parole des victimes lui-même étant dans la même situation interpelle les autorités dans la province et de la Banque à prendre des responsabilités avant que le  pire n’arrive.

‘’ Nous venons demander notre droit puisque depuis 4 jours la Banque est venue retirer l’agrément à notre Coopec qui fonctionnait normalement et a nommé la GEAC liquidateur de notre Coopec. Chose étonnante, depuis ces jours  la GEAC ne nous a jamais rapprochés pour nous dire comment nous allons retrouver notre argent. C’est alors que vous nous voyez ici pour venir faire entendre notre voix, dans le cas contraire nous seront obligés de passer à d’autres actions que même la province ne saura pas gérer. A ce point nous demandons que les autorités à tous les niveaux s’investissent et puissent satisfaire tous les mondes’”, précise Mulumeoderhwa Mukengere Benjamin  Infirmier au centre Muku.

Une femme veuve militaire avec les larmes aux yeux, refuse d’accepter une situation plus compliquée dans laquelle la Banque Centrale la place.

‘’ Il est inconcevable que nous dormions et que nous nous réveillons du coup l’on nous informe que la COOPEC est fermée. Nous refusons, je suis personnellement veuve, mère de 7 enfants, vous-même vous connaissez la situation de nos militaires et sur tout que mon mari est mort. Je ne veux pas l’entendre de mon oreille, une chose, que la GEAC qui serait venue prendre notre argent me remette ce qui me revient. Si vous dites que c’est la Banque qui doit nous faire notre somme nous voulons voir des actions pas des rhétoriques. Nous sommes fatigués et nous ne pouvons plus accepter vos complots du genre à nous rançonner. Si vous n’agissez pas nous serons obligés de nous comporter comme des sauvages’’ prévient cette dame cette veuve. 

Et l’autre d’ajouter: ‘’Les responsables de la  GEAC   ne nous disent rien et ils ne nous reçoivent pas. Mais nous allons prendre des dispositions plus coriaces pour que les autorités nous retournent dans nos droits’’, déclare en suite Espérance Pemba l’une de manifestants et victime à la COOPEC  Kawa.

Tous les membres demandent que dans l’immédiat la solution soit trouvée.  La maison nommée ‘’Liquidateur’’, pense n’est pas être concerné de tout  désagrément que subissent les membres de ces trois Coopec KAWA, MOOC, et la société SOFIGEL. Pour le consultant  Luganda, rencontré sur place, il pense que la GEAC n’a fait qu’exercer son travail de routine.

Pour lui, la GEAC est une maison de consultance et d’audit uniquement. Il appelle les membres de cette coopérative au calme pour leur permettre d’accélérer le processus de contrôle et procédé au remboursement.

‘’Nous n’avons fait que notre travail, la BCC nous a confié une mission. Nous pensons que les membres doivent nous laisser du temps pour que nous travaillons en toute sécurité et donner rapport à qui de droit. Pour que les membres soient mis dans leur droit, nous devons d’abord accéder à leurs comptes, pour nous imprégner de la situation individuelle de leurs comptes, autrement dit, avoir l’état de leurs épargnes et crédits. Pour retirer l’agrément, la banque se base sur certains critères de performance et de fiabilité’’, informe Luganda consultant chez GEAC liquidateur.

Le gérant de la Coopec Kawa a rassuré aux membres qu’aucun franc de leur sous ne va se perdre car la banque qui aurait procédé à la fermeture s’est basée à la situation de l’an 2017 lorsque la Coopec Kawa tombait en faillite. Il appelle ses membres à la tranquillité et à l’apaisement.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may like

In the news
Load More