Bukavu : Depart de Azanga, la NDSCI accusée de manipuler l’opinion

La population du quartier Nkafu dans la commune de Kadutu, ville de Bukavu en  province du Sud-Kivu, a descendu dans la rue, ce jeudi 12 décembre 2019, pour soutenir son chef de quartier Christine Azanga.

Sifflant et scandant des chansons de soutien à leur chef de quartier, brandissant des calicots sur lesquels on pouvait lire : « nous jeunes de Nkafu, nous disons non au départ de notre chef de quartier », « nous voulons la paix et non aux discours de la NDSCI », « pourquoi NDSCI s’oppose aux femmes ? Nous voulons la paix », « les politiciens arrêtez de manipuler la NDSCI », « trop c’est trop. La NDSCI et les politiciens doivent cesser,  nous sommes fatigués » que ces habitants ont véhiculé leur message de soutien à son  chef Azanga.

Selon un manifestant Radjabu Ramazani, la chef de quartier Azanga est victimes de certains acteurs de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile (NDSCI), qui sont instrumentalisés par des politiciens assoiffés de pouvoir.

« Notre chef de quartier Christine Azanga n’y est pour rien. Depuis qu’elle a été nommée chef de quartier, les cas d’insécurités ont diminué. Elle travaille autant qu’elle peut. Seulement la NDISCI qui la poursuit et nous savons tous que ces gens sont instrumentalisés. Comment elle pouvait détourner les bien de sinistrés pourtant le bourgmestre et le maire de la ville étaient présent. Nous venons dire non à son départ et si jamais on trouve qu’elle n’est plus à même de faire son travail, nous viendrons encore demander son départ », a précisé Ramazani, un manifestant.

Ce dernier demande à l’autorité provinciale de ne pas céder aux caprices de la NDSCI

De son côté Christine Azanga, chef de quartier Nkafu appel la population au calme, car le dossier est dans les bonnes mains des autorités.

« C’est un dossier connu par toutes les autorités. Je demande à la population de rester calme, tranquille, le dossier est dans les bonnes mains des autorités à qui nous donnons confiance et nous pensons que les autorités ne peuvent pas condamner un innocent pour acquitter un malfaiteur. Etant donné que nous continuons à nous déclarer des innocents, espérons que nous serrons acquittés par les autorités et les membres de l’assemblée provinciale. Lorsque les autorités vont trouver que je ne peux plus amener ce peuple vers un bon port, elles vont me suspendre », a déclaré Christine Azanga.

A noter que Cette marche avait comme point de départ, le Village SOS Bukavu en passant par la mairie de Bukavu, jusqu’au gouvernorat de province.

Lire aussi :SUD-KIVU : la NDSCI sous noyau de Nkafu demande le départ de AZANGA

Bernardin MATABARO

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may like

In the news
Load More