Bukavu : Des réunions clandestines pour déstabiliser l’exécutif provincial

« L’ancien gouverneur de province du Sud-Kivu, Claude Nyamugabo, actuel ministre national de l’environnement et développement durable accusé de tenir des réunions clandestines nuitamment pour déstabiliser la province. D’aucun se demande à qui cela profiterait ? »

Depuis le divorce entre la plateforme Front Commun pour le Congo (FCC) et l’AFDC, un vent de déstabilisation du gouverneur Théo Ngwabidje se fait sentir au Sud-Kivu. La plupart des acteurs politiques proches du FCC ne cessent de lui demander de se prononcer quant à son appartenance politique. Cette même situation serait rapportée au cours de la semaine du séjour du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi au Sud-Kivu. Selon les informations parvenues à la rédaction de Deboutrdc.info, Claude Nyamugabo, ministre national de l’environnement et développement durable, arrivé au Sud-Kivu dans la suite de la mission du Chef de l’Etat se serait livré à la tenue des réunions nocturnes clandestines de sa famille politique PPRD-A avec certains députés provinciaux pour les endoctriner quant aux mécanismes pour faire partir le gouverneur Théo Ngwabidje. Face à cette idée, il s’avise qu’il y a controverse dans le chef des députés provinciaux membres du PPRD et alliés qui sont censés la faire adopter et convaincre leurs pairs.

Pour certains d’entre eux, il faudrait donner la chance au nouveau gouverneur pour faire décoller la province à l’instar d’autres provinces de l’ancien Kivu. Jusque-là, ils jugent inopportun le départ de Théo Ngwabidje, estimant qu’il ne pas venu en stagiaire pour le faire partir dans moins de quelques mois.

Selon des sources concordantes, deux réunions consécutives à ce sujet se seraient tenues à la résidence de l’actuel ministre de l’environnement et développement durable, ex-gouverneur de la province du sud Kivu à Muhumba sous sa modération. La première a eu lieu le jeudi 10 octobre de 20 heure à 23 heure, la deuxième s’est poursuivie le vendredi 11 octobre de 20 heure à 22heure passée.

« Parmi les figures emblématiques présentes dans ces réunions, l’on pouvait facilement voir le Président de l’Assemblée Provinciale du Sud-Kivu, le député Zacharie Lwamira, le député Jérémie Basimane, etc., au moment où monsieur Claude Nyamugabo débarque lui-même vers 20h00 sous escorte de plus de deux jupes », nous confirme un témoin qui a requis l’anonymat.

Constaté, Claude Nyamugabo a préféré n’est pas répondre à nos multiples  appels téléphoniques.

La question que plus d’un  se pose est celle de savoir, si réellement il y a cohabitation  entre le FCC-CACH, pourquoi les réunions se passent dans la clandestinité sans pour autant intéresser les autres ?

Les avis des uns et des autres divergent totalement. Certains  honorables présentent leur indignation et disent ne pas être d’accord de l’idée de faire partir le Gouverneur pour les intérêts qu’ils qualifient d’égoïstes. « Nous pensons que vraiment il est tôt d’envisager le départ du gouverneur et pourtant nous le voyons à pieds d’œuvre. A titre illustratif, il y a peu la population de Kabare demandait la réhabilitation de la route de Kabare au niveau de la rivière Murhundu, et aujourd’hui nous voyons les bourbiers bouchés et la rivière canalisée pour éviter le débordement l’ors de grandes pluies », renseigne un de ces députés.

Pour d’autres, le gouverneur Theo Ngwabidge doit partir car il ne veut pas donner sa position claire  sur son avenir politique.

La question que plus d’une personne se pose est celle de savoir si Monsieur Claude Nyamugabo depuis son règne en province du Sud-Kivu a réellement un bilan à son actif au regard de l’état dans lequel il a abandonné la province avec une dette réputée d’au moins 9 millions de dollars, selon son successeur lors de sa  prise des fonctions ? Pour qui roule-t-il en tant que ministre réellement ?

Face à ces interrogations, la société civile du Sud-Kivu dans sa diversité ne reste pas indifférente. Elle condamne toute sorte de complot fait contre le peuple congolais et Sud-kivutien en particulier. Suivant sa déclaration du 02 Octobre 2019 elle estime que « trop c’est trop ! Elle invite les acteurs politiques à cesser avec leur sale agissement de freiner le décollage de la province pour des intérêts égoïstes », s’indignent-ils. Aux élus du peuple de comprendre qu’ils ont notre mandat et ils doivent se dépasser des intérêts mesquins de leurs partis politiques au profit du bien-être de la nation. Que les élus ne tombent plus dans les mêmes pièges que leurs pairs d’antan. La population leur demande de se désolidariser avec les grands dinosaures dévastateurs qui ont longtemps volé et mis le pays à genou.  Il est grand temps de comprendre que les choses ont changé, ont-ils conclu.

Rappelons que le Ministre national de l’environnement et de développement durable séjourne en province et dans la ville de Bukavu en particulier depuis le mardi 08 octobre, faisant partie de la délégation présidentielle venue beaucoup plus pour les cérémonies d’inauguration du laboratoire agricole du centre de recherche de l’institut international de culture tropicale (IITA Kalambo).

Patrick Babwine

Lire aussi : http://SUD-KIVU : Nyamugabo contraint de ne pas parler au meeting du président

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may like

In the news
Load More