Bukavu : Ces déchets qui nous tuent!

ads

L’insalubrité observée dans la ville de Bukavu ces derniers temps ne passent pas sans conséquences. On observe des cas des maisons inondées, le débordement des eaux sur la chaussée, la perturbation des infrastructures d’intérêt commun. Cette situation devient de plus en plus dangereuse pendant la saison de pluie où certains habitants abandonnent les déchets en plein air et d’autres n’ont pas de système de gestions adéquat de ceux-ci.

Sur plusieurs avenues, on observe des sacs d’immondices et ordures ménagères abandonnées soit devant les portes d’entrées de certaines clôtures ou soit sur la chaussée. Certains habitants profitent de la saison de pluie pour jeter ces immondices dans des caniveaux oubliant ainsi les risques et conséquences qui en découlent. Pour les uns c’est par manque de dépotoir public qui pourrait les recevoir, et pour les autres c’est juste un moyen le plus rapide qui leur permet d’évacuer les déchets de leurs maisons à moindre coût.

« Chaque fois qu’il pleut, maman me demande de récupérer le sac dans lequel nous gardons de déchets dans notre clôture pour les déverser dans le caniveau qui passe derrière notre clôture afin qu’ils soient emportés par les eaux…», confirme Tatiana Bavurhe, une jeune fille de 15 ans rencontrée sur avenue ISECOF dans la commune d’Ibanda.

Dans certaines familles, on fait recours à des enfants de la rue qui circulent sur des avenues chaque week end pour ramasser les déchets ménagers. En contrepartie, ils sont payés d’une somme qui va de 500 à 1000 francs congolais.

«  Nous faisons recours à ces enfants parce qu’ils nous aident à évacuer rapidement nos déchets. Nous ne savons pas exactement l’endroit où ils vont les déverser, l’essentiel pour nous  est de voir ces déchets être évacués de notre parcelle », confirme une femme qui habite sur  la même avenue.

De la gestion de déchets et ses conséquences

Pourtant ces déchets ne restent pas sans conséquences sur l’environnement mais également sur les infrastructures d’intérêt public. Cette situation est l’une de causes des inondations des maisons sur avenue Luziba dans la commune d’Ibanda. Elle perturbe également la production du courant électrique au niveau de la centrale hydro électrique de la Ruzizi car les machines fonctionnent difficilement après avoir été envahies par ces déchets qui viennent des maisons de Bukavu.

« Nous appelons toute la population à être consciente de l’utilisation du lac Kivu et de la rivière Ruzizi en lieu et place du dépotoir public qui occasionne la diminution de la quantité de l’énergie électrique avec plusieurs délestages. On doit préserver l’écosystème du lac et de la rivière, pour permettre au barrage de la SNEL à être propre et produire beaucoup d’électricités et alimenter la population », a précisé Déo Mashali, Directeur provincial de la Société nationale d’électricité, SNEL.

Selon le directeur provincial de la SNEL, cette situation est  à la base de la perturbation dans la fourniture du courant électrique dans la ville de Bukavu.

Des solutions envisagées

Au vue de cette situation, la Mairie de Bukavu a regroupé récemment des associations privées de collecte de déchets qui ont été réparties sur différentes avenues. Ce qui laisse croire que leur intervention avec l’accompagnement de la société AGRUNI tenteraient d’apporter une solution provisoire à ce problème.

Certaines organisations de la société civile tentent également de s’impliquer pour suivre l’exécution de cette mesure prise par la Mairie de la ville.

C’est la cas de la Nouvelle dynamique de la société civile, NDSCI, à travers sa campagne dénomée « Tutumike na tuzungumuze » qui vise à faire de le suivi des prestations de ces associations sur le terrain et faire rapport à qui de droit tel que le précise Patient Mwirhonzi, Rapporteur de la NDSCI au Sud Kivu.

« cette campagne vérifie l’effectivité de ces associations sur terrain (…) on s’est dit que nous même nous sommes acteurs de changement nous pouvons commencer, on a fait pas mal d’action dans le marché de la ville de Bukavu », souligne-t-il.

Les habitants souhaiteraient voir cette situation être décanter pour favoriser la salubrité de la ville et ainsi leur épargner des conséquences y afférentes.

ads

Leave a Comment

Your email address will not be published.

ads

You may like

ads
In the news
Load More
ads