Victimes de Mbobero: ” Nous restons soudés pour réclamer nos droits »

Plus de  150  victimes des démolitions de Mbobero participent à une rencontre organisée par la Nouvelle Dynamique de la Société, NDSCI  dans  la salle de conférence de l’APRODEP située sur avenue de la Cathédrale, dans la ville de Bukavu province du Sud-Kivu. Au menu renforcer  la cohésion entre  les victimes pour éviter des trahisons face à la commission présente dans la ville pour dénouer la question de Mbobero.

Selon le président de la nouvelle dynamique de la société civile,  sa structure est toujours là pour accompagner les victimes sans violence comme elle a toujours fait.  Pour Kijana il n’a jamais refusé aux victimes de rencontrer les autorités en vue du dénouement de cette crise de Mbobero qui a trop durée. Si les autorités veulent rencontrer les victimes, elles sont les bienvenues pourvu  que des solutions concertées soient trouvées.

« Notre objectif est que chaque victime soit satisfaite par des solutions qui peuvent être proposées. Nous sommes tous pour une solution durable qui va encore créer de l’harmonie au sein de la communauté de Mbobero. Je vous demande de penser à toutes les victimes de cette expropriation avant de prendre toute décision. L’argent facile on fini par le regretter. Gagner de l’argent au nom de ses frères en difficulté, gagner de l’argent au nom des morts, des enfants abandonnés, aux  noms de familles disloquées, c’est une trahison. Soyez unis et des solutions durables seront trouvées », demande  Jean-Chrysostome Kijana aux victimes de Mbobero.

Les victimes de Mbobero qui sont venus à Bukavu depuis 7h du matin certains même à pied promettent de continuer la lutte dans l’unité. Ils mettent en garde certains mandataires qui sont partis à Kinshasa et signé des documents au nom des victimes.

«  Nous été voté par conviction. Nous allons continuer la lutte avec vous et pour vous. Dire que nous pouvons accepter certaines faveurs venant de Madame Olive Lembe pour vous trahir, jamais! Nous restons fidèles à notre engagement et nous demandons à la NDSCI de ne pas nous abandonner car elle a été la seule structure disponible durant les moments durs. Soyons soudés et cherchons une solution durable. Évitons ces personnes qui veulent  nous diviser au nom de leurs intérêts »,  conclut Joseph Zahinda, président du comité des victimes des démolitions de Mbobero.

Lire aussi;  SUD-KIVU : Dossier Mbobero, Olive Lembe à la tête d’une grande délégation

Une délégation de 5 personnes séjourne dans la ville de Bukavu pour tenter de trouver une solution au problème de Mbobero. Déjà une réunion est organisée par le Bureau de coordination de la société civile  les après midi de 30 Avril 2019 dans la salle Kaningu pour parler de la question Mbobero.

Cette réunion va -telle aboutir à une solution durable sans la présence des vraies victimes et la NDSCI qui a suivi le dossier depuis sa genèse ? Attendons voir.

Thérèse Ahana

 

 

Please follow and like us:

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may like

In the news
Load More
RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter